Pour plusieurs l’observation est très importante pour apprendre. Mais est-ce possible d’aider notre enfant à apprendre l’observant? 

Observer pour apprendre

Lors de cette entrevue, j’ai eu la chance de m’entretenir avec France Gagnon, maman éducatrice depuis 20 ans. Elle a 5 enfants âgés entre 10 et 24 ans. Sa dernière fait donc encore l’école à la maison! En plus du train-train quotidien de sa famille, France suit deux formations en concomitance pour devenir coach en parentalité. Depuis maintenant plus de 10 ans, elle accompagne au quotidien des parents dans des cafés-rencontres en plus d’offrir de l’aide pour l’école à la maison. 

Elle insiste : la vie est un tout et nos choix de vie viennent s’imbriquer là-dedans. L’école à la maison, ça commence par un choix éducatif, mais devient rapidement un choix de vie par la force des choses. C’est pourquoi on voit plusieurs termes : apprentissage en famille, apprentissage libre, homeschooling, école à la maison, école maison… Bref, vous l’aurez compris : il y a différentes expressions qui représentent le choix de s’octroyer notre droit de scolariser nous-même nos enfants. 

Il y a donc tout un spectre de philosophies impliqués dans le processus qui s’imbriquent dans nos différents schèmes de pensées, de croyances, de valeurs afin de les vivre au quotidien avec nos enfants. 

L’école à la maison vs l’apprentissage en famille

L’invitée explique : elle n’utilise pas le terme apprentissage en famille parce que c’est plus long comme dénomination, mais c’est beaucoup plus représentatif qu’école à la maison, ça, c’est certain. Elle aime ça parce qu’elle fait des apprentissages en famille à temps partiel et souligne qu’on en fait tous! On évolue en famille, et ce, autant les parents que les enfants!

France Gagnon est tombée dans l’école à la maison comme Obélix est tombé dans la potion magique! Un coup de téléphone avec une maman qui s’est soldée par l’observation de sa famille. Toutefois, pour implanter le tout chez elle, elle tenait à y aller au jour le jour : on va voir comment on se sent, comment on trouve ça, comment ça s’adapte dans la famille et comment elle, elle se sentait dans ça et surtout : comment les enfants se sentent dans ça rapporte-t-elle. Les insécurités n’ont pas été évitées : est-ce que j’en fais assez? Est-ce que ce que je ne fais n’est pas suffisant? Qu’ont-ils réellement besoin dans la vie pour être capable de progresser? Tous ces questionnements sont remontés à la surface rapidement, mais elle a eu la chance d’être accompagnée par d’autres parents vivant le même genre de situations. 

Je te partage la différence entre École à la maison et Enseignement à la maison 👇

Self Design : une découverte incroyable!

Là où elle habitait, dans l’Ouest canadien, il y avait une dizaine de familles qui faisaient l’école à la maison, ce qui la rassurait. C’est à ce moment que France a connu Selfdesign : une école pour les apprentissages libres, autodirigés par l’enfant et c’est là qu’a été sa plus grande découverte! 

Encouragée et soutenue par cette nouvelle école, la professeure assignée à France Gagnon l’a aidé à voir où ses enfants apprennent sans qu’elle aille besoin de faire quoi que ce soit – c’est-à-dire d’activement leur montrer des choses – et seulement de servir la table pour qu’eux aillent chercher ce qu’ils ont besoin. C’était autant intellectuel qu’émotif et spirituel dans leur chemin de vie : qui sont-ils? Qu’est-ce qu’ils ont envie de devenir? Qu’est-ce qui les fascine aujourd’hui? 

France souligne que de « juste » observer, c’est difficile! Parce qu’on a tellement tendance à juger! « Il ne devrait pas faire ça, ça serait mieux s’il faisait ça, il aurait moins de misère s’il faisait telle chose, il aurait moins d’échec… » Pensez-y un instant, elle a raison : c’est très difficile d’observer et de les laisser aller pour mieux les accompagner. 

Comment instaurer le soutien des apprentissages de son enfant par l’observation? 

Elle insiste pour y aller graduellement. Commençons par libérer deux heures dans la journée de notre enfant. C’est son 2 heures à lui et on l’aide dans ça à trouver ce qu’il aime. L’enfant qui ne sait pas quoi faire pendant ces deux heures, peut venir voir le parent et lui dire qu’il ne sait pas quoi faire. À ce moment, on peut aider l’enfant à trouver ce qu’il aime en lui posant des questions. « Toi, qu’est-ce que tu aimes faire? » Ou le lui refléter : « Je vois que tu utilises beaucoup tes Legos et hier tu faisais une maison en Lego, peut-être que maintenant tu aimerais faire un Hôtel en Lego ou un restaurant en Lego? » Évidemment, tout change en fonction de l’âge de l’enfant. 

Enfin, elle suggère aux parents d’observer en ayant un intention précise. En tant que parent, on ne veut pas se perdre dans la multitude d’observations et c’est bien d’avoir un objectif. Que ce soit en contexte d’école à la maison ou simplement en tant que parent qui désire prendre le temps d’observer au quotidien. 

Pour découvrir les Ateliers de France Gagnon sur la Parentalité: https://www.facebook.com/ateliersfrancegagnon
Pour les Café causeries avec France Gagnon en lien avec l’école maison: https://www.facebook.com/Caf%C3%A9s-Causeries-avec-France-100916345509011

Tu ressens le besoin de te faire guider dans la préparation de l’état de situation / bilan de mi-parcours? Cette formation est pour toi! Clique sur l’image pour en connaître le contenu!

0 commentaire

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :