Comment s’assurer que notre rôle de parent éducateur ne prenne pas toute la place dans notre vie? Comment s’assurer notre bien-être? Pourquoi? J’ai envie de te partager une petite parcelle de ma vie parce qu’on finit tous par « l’échapper » et perdre pied un jour ou l’autre… Et mon intention est de t’aider à ne pas te rendre jusqu’où je me suis déjà rendue.

Se dévouer

La première fois que j’ai décidé de faire l’éducation à domicile à nos enfants, je croyais prendre cette décision pour le mieux de tout le monde dans la famille. Papa venait d’être muté dans une autre province et notre maison était encore à vendre. Je me suis donc dit que c’était l’occasion rêvée d’essayer l’enseignement à la maison pour notre plus grand. Ainsi, nous pourrions aller visiter papa à l’occasion et si jamais nous vendions, il n’aurait pas eu à s’adapter une 2e fois à une nouvelle classe et à une nouvelle enseignante.

Nous avons donc vécu une première non-rentrée qui était au final une continuité de l’été que nous venions de vivre. J’ai fait les démarches auprès de la commission scolaire pour « nous déclarer » (c’était ce qui devait être fait à l’époque), j’ai bâti mon plan d’apprentissage et j’ai rencontré la responsable de l’enseignement à la maison. Tout était ok! Après tout, j’étais enseignante de profession et semble-t-il que ça soulage beaucoup les gens des commissions scolaires.

Mais…

Une fois venu le temps de mettre tout en oeuvre, ça n’a pas été toujours rose. Nos sorties et activités avec les gens de la région étaient super intéressantes et/ou amusantes. Les périodes pendant lesquelles nous faisions des activités en famille aussi. Par contre, lorsque je désirais pratiquer la lecture et l’écriture avec mon grand, oh là, là, ce n’était pas évident.  Nous finissions ça en nous chicanant trop souvent: il voulait faire la même chose que ses petits frères qui étaient encore d’âge préscolaire.

S’oublier

En parallèle à mes recherches d’activités intéressantes pour mon grand, j’organisais des groupes d’achat de ressources numériques pour les autres parents éducateurs. Ajoute à ça ma « charge de travail » de maman à la maison de trois enfants en bas de 7 ans qui a une maison à vendre… ‘en avais beaucoup sur les épaules et petit à petit j’ai commencé à brûler la (MA!) chandelle par les deux bouts…

Un jour, j’ai dû me rendre à l’évidence: a ne fonctionnait pas du tout. Mon grand qui adorait lire des livres en famille auparavant ne voulait pas apprendre à lire, j’étais brûlée, ma santé mentale était très fragile et ma relation avec mon fils était en train de s’effriter. Je l’ai donc réinscrit à l’école. Il a appris à lire, a retrouvé ses amis, notre relation s’est embellie et j’ai tranquillement évolué vers une meilleure version de moi-même.

Prendre du recul

Par moments, je me demande ce que j’aurais pu faire pour éviter cette situation, mais je préfère me dire que nous l’avons vécue pour en apprendre davantage sur nous-mêmes. Je crois tellement que c’est important de s’assurer que nous sommes bien et que nous prenons le temps de prendre soin de nous lorsqu’on prend la responsabilité de l’éducation de notre ou nos jeunes.  Nous sommes à la fois un modèle, un guide, un mentor… si nous ne prenons pas soin de nous, nous serons moins disponibles pour les autres et l’image que nous reflèterons ne sera pas nécessairement celle que nous voudrions.

C’est pourquoi depuis les dernières années, je tente de m’accorder de plus en plus la priorité qui me revient de droit. En prenant soin de moi d’abord. De mon côté, c’est l’activité physique, l’hydratation, la nutrition, le développement personnel et le sommeil que je mets en priorité pour prendre soin de moi. Ça fait tellement une belle différence et jamais je ne retournerais en arrière.  Mes habitudes ne sont jamais parfaites, mais en gardant en tête mon idéal, je garde le cap et j’en ressens tous les jours les bienfaits: j’ai plus d’énergie, je suis plus disponible pour les autres et je me sens plus efficace.

Découvre la ressource de la semaine dans la Bibliothèque: 

Comment s’assurer que l’école maison ne prenne pas toute la place dans sa vie de maman?

Cette semaine dans la Bibliothèque, la ressource de la semaine est le témoignage de Mélissa Lépine, maman éducatrice depuis plusieurs années, qui nous partage ses trucs pour prendre soin d’elle au quotidien alors qu’elle éduque ses enfants à la maison en plus d’être travailleure autonome.  Elle nous invite à saisir les petites occasions de prendre soin de soi dans les petits moments pour ensuite partager ses 7 trucs pour trouver notre délicieux équilibre.

Un témoignage super inspirant que je t’invite à écouter en t’abonnant à la Bibliothèque!

Il est possible de bénéficier d’un mois d’accès gratuit en profitant du Grand débrouillage de la Bibliothèque.

Tu n’as qu’à cliquer sur l’image pour t’inscrire.

Catégories : éducation

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :